les Abattoirs, Musée - Frac Occitanie Toulouse

Fernand Léger, tapisseries et céramiques

Nouveauté de la collection permanente
Du 16 décembre 2020 au 21 février 2021
les Abattoirs
Fernand Léger (d'après), 'Les Loisirs sur fond rouge'. Tapisserie, laine, 347 x 427 cm. Maître Guy Loudmer. Dépôt à les Abattoirs, Musée - Frac Occitanie Toulouse © Adagp, Paris

Cette exposition rassemble des céramiques et tapisseries entrant en résonnance les oeuvres qui jalonnent les cours des Abattoirs. Fernand Léger est le peintre du progrès, social comme mécanique. Il peint autant le monde des loisirs que les ouvriers au travail. Les motifs emblématiques tels les hélices, les engrenages, les éléments architecturaux, rappellent combien l’avant-garde a été fascinée par les avancées technologiques.

Sans jamais cesser d’être peintre, Fernand Léger a exploré tous les domaines de la création. Il a collaboré avec des poètes, des chorégraphes, des architectes, des cinéastes, etc. Il s’est nourri de la vitalité de son époque qu’il a traduit par une oeuvre visible sur scène, à l’écran et sur les murs de la ville.

Dès les années 1920, Fernand Léger s’enthousiasme pour un art « hors cadre », un art qu’il fait descendre dans la rue. Il affirme alors l’importance d’un art "mural" et envisage une collaboration entre peintres et architectes. Il collabore avec les personnalités les plus influentes de son époque : Robert Mallet-Stevens, René Herbst, Pierre Chareau, Charlotte Perriant et surtout Le Corbusier. Pour ce dernier, la peinture de Léger est sœur de l’architecture et ses tableaux eux-mêmes "appellent une nouvelle architecture".

Dans l’après-guerre, Fernand Léger poursuit cet idéal d’un art mural, collectif et populaire. Aux États-Unis où il a passé la Seconde guerre mondiale, il est marqué par la construction des gratte-ciels. Dès lors, il poursuit l’étude de la force spatiale de la couleur entamée quarante ans plus tôt, par le biais de la céramique, de la mosaïque, du vitrail et de la tapisserie. "J’ai voulu marquer un retour à la simplicité par un art direct, compréhensible pour tous, sans subtilité", affirme Fernand Léger à son retour d’exil. La multiplicité des supports, afin de faciliter la diffusion de ses œuvres, exprime son désir de populariser la peinture moderne. Engagé en faveur du progrès social et de l’éducation, Fernand Léger a toujours défendu des valeurs humanistes.

Cette exposition prend place dans le cadre de la saison des Abattoirs autour de l'art tissu, "Sous le fil : l'art tissu dans les collections de Daniel Cordier et des Abattoirs" et "Marion Baruch : une rétrospective" et rend hommage à un collectionneur des Abattoirs.