les Abattoirs, Musée - Frac Occitanie Toulouse

"... et Pierre Jeanneret"

Projection - performance
Jeudi 12 décembre 2019 à 18h
 
Auditorium des Abattoirs - entrée libre
© Christian Barani

"… et pierre jeanneret (ou l'art de la discrétion)", film-performance de Christian Barani et Emmanuel Adely sur les années passées par l’architecte, ami de Le Corbusier, à bâtir Chandigarh (Inde). Mix en son et lecture par les réalisateurs.

Si, dans le but d’en faire "le symbole de la libération de l’Inde et l’expression de sa conviction pour le futur", Nehru commande au célèbre Le Corbusier la construction de la ville de Chandighar, c’est Pierre Jeanneret, son cousin, qui, sous sa direction lointaine, va s'atteler à cette tâche colossale.
Et par nécessité d’entendre au plus près les besoins de ses futurs habitants, c'est Pierre Jeanneret, avec d'autres, qui va s’installer au pied de l'Himalaya pendant les quinze dernières années de sa vie. Et construire cette ville entière, des maisons, des immeubles, des cinémas, un hôpital, des écoles, une université. Et fabriquer des meubles qu’il ne signera pas afin que tous puissent les reproduire. Un architecte au service des autres, soucieux du bien de tous.

C'est cette ville et la biographie modeste de cet homme oublié que se propose d'aborder "… et Pierre Jeanneret", en un singulier et bouleversant format de film-lecture, ou lecture-projection, qui vaut en soi, et
totalement, par la qualité des images de Christian Barani et l’écriture d’Emmanuel Adely : il nous confond intimement, nous traverse, nous renverse au plus profond de nous-mêmes par son adresse performative.
On n'est pas, ici, face à un film projeté, mais bien dans l’expérience sensible, en temps réel, d’une rencontre organique, sensorielle, spirituelle, avec cette ville de Chandighar filmée comme un corps, et ses habitants. En totale empathie, comme celle des auteurs de cette lecture-projection, comme celle de Pierre Jeanneret.

L’humanité de la voix d’Emmanuel Adely en direct, toute proche, à portée de souffle, hors toute affection sentimentaliste, juste pleine, généreuse, le geste/corps de Christian Barani qui pulse les images et les noirs, retiennent souffle et silences.
Une lecture-projection, un film-performance, une œuvre protéiforme portée en live par deux artistes qui convoquent poésie, voyage, ouverture sur le monde, passion de la création, et un haut sens d’humanité.


Programmation Le Vent des Signes I Festival [et + si affinités]

Avec le soutien de Occitanie Livre et Lecture, CD31, Ville de Toulouse, Maison des Écritures de Lombez, Ciné 32 L’Olympia


Dans le cadre des Jeudis des Abattoirs et avec le soutien de :